WK-CE, Informations et Solutions pour les Comits d'entreprise

Accès abonnés

  1.  
Mot de passe oublié ?
Actualités des CE

EMPLOI ET CHÔMAGE

L’Insee dresse le bilan de l’état du marché de l’emploi

L’Insee dresse le bilan de l’état du marché de l’emploi
Une progression de l’emploi salarié, une population active plus importante, une baisse du chômage et une progression du salaire net : telles sont les évolutions qu’observe l’Insee dans l’édition 2017 de « l’Insee Références », baptisé « Emploi, chômage, revenus du travail », et publiée le 4 juillet dernier.

Depuis dix ans, le marché du travail a connu de profondes évolutions, constate l’Insee dans son étude « Emploi, chômage, revenus du travail », rendue public le 4 juillet 2017. La population active n’a cessé de s’accroître (+ 3,2 % entre 2007 et 2016), tout comme l’emploi salarié qui a connu, en 2016, sa plus forte progression depuis 2007. L’année 2016 est également marquée par une baisse du chômage de 0,3 point par rapport à 2015. Enfin, observe l’Insee, en 2014, le salaire net moyen de tous les salariés renoue avec une hausse, tandis que l’inégalité de rémunération entre les femmes et les hommes demeure d’actualité.


La reprise de l’emploi se confirme en 2016

 

En 2016, l’emploi salarié a connu sa plus forte progression depuis 2007. En effet, après les 124 000 créations nettes enregistrées en 2015, la tendance s’est confirmée en 2016, avec 255 000 créations nettes. Cette amélioration ne relève que de l’emploi salarié pour ces deux années, alors que c’est l’emploi non salarié qui avait surtout progressé sur les années 2010-2013, porté notamment par la montée en puissance du statut d’auto-entrepreneur. Selon l’Insee, cette évolution est liée à celle du coût du travail, qui après avoir ralenti en 2013 (+ 0,5 %) n’augmente que d’un peu plus de 1 % par an depuis, en raison notamment du CICE, du pacte de responsabilité et de solidarité et de la prime à l’embauche dans les PME. Au total, de 2013 à 2016, ces mesures auraient, à court terme, directement enrichi la croissance d’environ 250 000 emplois salariés marchands.

L’étude révèle également qu’après une décennie de stabilité, la part des actifs occupés en CDI parmi les salariés a diminué entre 2007 et 2016 (repli de 1,2 point en France métropolitaine), les trois quarts au profit des CDD. Concernant la part de l’intérim, elle a fléchi en 2009 en raison de la crise économique, notamment dans l’industrie, puis est remontée progressivement jusqu’à 2,7 % en 2016.

Enfin, selon l’Insee, le taux d’activit é est globalement en hausse depuis 2007 (+ 890 000 actifs entre 2007 et 2016, soit une hausse de 3,2 %). Autre observation, la population active se recompose : le taux d’activité des 15-24 ans, qui était proche de celui des 55-64 ans en 2007 (38,4 % pour les 15-24 ans, 40 % pour les 55-64 ans), diminue depuis 2009, jusqu’à atteindre 36,9 % en 2016 tandis que celui des 55-64 ans a beaucoup augmenté (53,7 % en 2016), en lien avec les réformes successives des retraites et les restrictions d’accès aux dispositifs de cessation anticipée d’activité (dispense de recherche d’emploi, préretraite, retraite anticipée).


En 2016, première baisse du taux de chômage annuel depuis 2009

 

Cette embellie sur le front de l’emploi a conduit à une baisse du chômage en 2016 (- 0,3 point par rapport à 2015), une première en France depuis 2009. Après avoir augmenté de 2,1 points de 2007 à 2016, le taux de chômage s’établit ainsi à 10,1 % de la population active au sens du BIT en France, ce qui représente 3,0 millions de personnes au chômage. Les hommes ont été les plus affectés par la progression du chômage, avec un taux qui a augmenté de 2,6 points entre 2007 et 2016, contre + 1,4 point pour les femmes. Ce phénomène, souligne l’Insee, « est à relier notamment au net recul de l’emploi dans l’industrie et dans la construction, secteurs principalement masculins ». Néanmoins, l’écart de taux de chômage entre les femmes et les hommes, qui a atteint 0,9 point en 2015, s’est réduit à 0,3 point en 2016, du fait du dynamisme du secteur de l’intérim et des moindres pertes d’emploi dans la construction, secteurs traditionnellement masculins.

Le chômage de longue durée (d’un an ou plus) a augmenté depuis 2007, mais se stabilise depuis 2014 pour atteindre 4,6 % de la population active en 2016, soit 1,3 million de personnes.


Le salaire net moyen a progressé en 2014

 

En 2014, dans le secteur privé, le salaire net moyen en équivalent temps plein (EQTP) s’élève à 2 230 € par mois, soit une hausse de 0,5 % en euros constants, en lien notamment avec la moindre hausse des prix à la consommation (+ 0,5 % après + 0,9 % en 2013) et malgré l’augmentation des cotisations salariales pour la branche vieillesse et les retraites complémentaires au 1er janvier 2014 (+ 0,25 point) qui pèse sur cette évolution. Cette hausse, souligne l’Insee, fait suite à quatre années de stabilité ou de baisse.

Néanmoins, les femmes restent moins rémunérées que les hommes sur le marché du travail, malgré la hausse, ces dernières décennies, de leur niveau d’études et de leur expérience professionnelle, observe l’Insee dans l’un des dossiers insérés à l’étude. Ainsi, en 2014, les femmes salariées dans le secteur privé gagnent en moyenne 14 % de moins de l’heure que les hommes. Cet écart était de 16,8 % en 1995. La part de l’écart « expliqué » reste stable : 6 points de l’écart de salaire horaire moyen provient du fait que les femmes n’ont en moyenne pas les mêmes caractéristiques que les hommes. En effet, souligne l’Insee, elles occupent plus souvent qu’eux des positions socioprofessionnelles moins favorables dans des secteurs d’activité moins rémunérateurs. Si ces caractéristiques étaient comparables, il resterait toutefois 8 points d’écart entre les femmes et les hommes. Cet « écart inexpliqué » est lié en grande partie à la moindre valorisation de l’expérience professionnelle des femmes, explique l’institut.

INSEE Références, « Emploi, chômage, revenus du travail », 4 juillet 2017

 

www.wk-ce.fr/actualites/upload/insee-emploi-chomage-revenus-du-travail-4juillet2017.pdf

Liaisons Sociales Quotidien, 10/07/2017
© Tous droits réservés

Toutes les semaines, recevez par courriel l’essentiel de l’actualité juridique et sociale